la première décennie 1984-1994

1ère étape : 1984-1989

Cette période particulièrement dynamique est marquée par la réalisation d’un ensemble de projets concernant principalement l’Altiplano bolivien.

A4CM trouve alors un écho très fort parmi les coopérants français et leur famille en poste en Bolivie comme au Pérou.

Fin 1985, le futur siège social de la rue Mi-Carême à Saint-Etienne est ouvert avec une exposition-vente permanente d’artisanat latino-américain. Au printemps 1986, A4CM organise en France sa première grande exposition, les rétables de la famille Jimenez.


L’idée d’une aide économique directe aux artisans mûrit constamment de 1986 à 1989, à travers notamment la 2e grande exposition consacrée aux tapisseries de San Pedro de Cajas.

voir le détail des programmes de développement de la période 1981 - 1988

voir le détail des programmes de développement de la période 1989 - 1999

2e étape : 1989-1994

A4CM franchit le pas en s’engageant dans la voie du commerce équitable.


Exposition de Valberg (Alpes Maritimes) en 1990 (renouvelée depuis chaque année) et ouverture de la boutique de Lyon Croix-Rousse en décembre 1991.

La boutique de la rue Mi-Carême est totalement réaménagée en février 1992.
Ce sera le siège social d’A4CM du 21 mars 1990 au 31 décembre 2001.

En 1992, autour des festivités du 5e centenaire de l’Amérique latine, A4CM affirme son triple objectif : actions de développement, aide économique directe, action culturelle.

ouverture de la boutique de Roanne en décembre 1993.

Septembre 1992 : création des membres « socios » d’A4CM (don mensuel par prélèvement automatique) spécialement impliqués dans les programmes de développement de l’association.

Depuis sa création en 1984 jusqu’en 1993, A4CM a défini de plus en plus clairement ses domaines d’action et ses objectifs à travers une somme constructive d’expériences, en Amérique latine comme en France.


1994 : nouveaux statuts en deux temps (février et juillet).

10 octobre 1994 : A4CM est reconnue “association de Bienfaisance” et autorisée à bénéficier des dispositions du deuxième alinéa de l’article 238 bis du Code des Impôts prévues par la loi du 23 juillet 1987 sur le développement du mécénat concernant les déductions fiscales en matière de dons,